Logo Digital Communication Training
Telefoonnummer Digital Communication Training

Blended Learning : la formation comme une fusée à deux étages

Le « blended learning » (ou apprentissage mixte) est un sujet à la mode. Bien que ce terme revienne souvent au cours des congrès et séminaires de Formation et Développement, sa signification exacte reste encore assez floue. Demandez à plusieurs spécialistes la définition qu’ils en donnent, et ils vous expliqueront souvent que le blended learning représente, la plupart du temps, un mix d’apprentissage sans et avec recours à la technologie. J’opte, personnellement, pour une interprétation différente : le blended learning est l’enrichissement des connaissances via une offre en continu de brefs moments d’apprentissage dans le temps. La formation représente le préambule, l’introduction, c’est seulement par après qu’on remportera un véritable succès.


Communication face à face


La communication face à face demeure la meilleure manière d’enseigner réellement quelque chose aux gens. Pas plus que l’imprimerie, la numérisation ne sonnera le glas des méthodes d’enseignement classiques. Les meilleurs professeurs ne donnent pas de syllabus élaborés de A à Z à leurs étudiants, mais leur imposent de structurer et d’ordonner eux-mêmes la matière. Intégrer les informations de manière autonome offre bien plus de garanties de succès et d’effets bénéfiques à long terme que d’ingérer des livres prémâchés ou des présentations Powerpoint.


Dans l’environnement d’une entreprise, un problème se pose cependant. La plupart des formations sont des formations type « one shot ». Lorsque la cloche retentit, la leçon est terminée. Dans le meilleur des cas, l’organisateur prévoit une « journée de révision », mais après celle-ci, l’apprentissage est inéluctablement terminé. Il y a rarement un examen formel ou un moment où les connaissances sont contrôlées, et même quand il y en a un, cela ne change pas grand-chose en définitive. Encore plus que la formation elle-même, le moment du contrôle est perçu par l’élève comme un point final. Repensez à vos propres années d’études : l’examen créait une tension temporaire, mais le jour qui suivait l’examen, votre cerveau avait déjà évacué la moitié de la matière ingérée.


Le blended learning offre la solution en la matière. Car une bonne formation est comme une fusée à deux étages. Un : le formateur ne doit pas se concentrer sur le transfert des connaissances en soi, mais plutôt sur la motivation à long terme. Deux : la motivation doit continuer à être alimentée après la formation, afin que le formé acquière des connaissances par ses propres moyens et se forge ses propres opinions. Le premier étage : se concentrer sur la motivation Le formateur n’a qu’un temps limité à sa disposition pour atteindre son objectif. Au lieu de déverser autant de données et de connaissances que possible sur les participants, il doit utiliser intégralement ce temps précieux à les convaincre de l’intérêt d’acquérir ce savoir et du changement qu’il est censé apporter. Ce n’est pas seulement le « comment » qui importe, c’est surtout le « pourquoi ».


Que l’enseignant connaisse très bien sa matière n’est guère suffisant : c’est son enthousiasme, couplé à sa force de persuasion, qui vont faire la différence. Il doit parvenir à convaincre les participants de la nécessité d’élargir leur propre champ de vision ; c’est seulement de cette manière que ceux-ci trouveront la clé pour acquérir et conserver de nouvelles connaissances. Bien entendu, le formateur peut également communiquer diverses astuces et connaissances durant ses cours. Mais cela ne sera utile qu’après que les participants aient été convaincus de la nécessité d’apprendre et de retenir le thème du cours. Ils doivent être animés de la volonté d’apprendre et de changer. Le deuxième étage : motiver le participant


Si la certitude du participant a déjà été ébranlée au moins une fois, alors il est ouvert à l’acquisition de nouvelles connaissances et au changement de comportement. L’envie est le moteur du changement durable, à condition que cette envie soit alimentée en conséquence. Et maintenant, une bonne nouvelle : l’entretien d’une telle dynamique n’est pas aussi difficile qu’il en a l’air. Ma propre expérience m’a appris qu’il suffit de continuer à faire vivre le souvenir de la formation durant les jours, semaines et mois suivant cette formation. Cela peut se faire d’une manière purement visuelle, en accrochant des posters, en affichant des fonds d’écran sur l’écran, etc. Ou par le biais d’une campagne numérique étalée dans le temps, par e-mail ou via l’intranet. L’idéal serait que les gestionnaires reviennent eux-mêmes de temps en temps sur le sujet de la formation, et que les équipes de collaborateurs aient l’opportunité d’échanger leurs expériences et leurs histoires à succès les unes avec les autres.


Il s’agit de blended learning à l’état pur : l’apprentissage est mélangé, de la plus naturelle des façons, au travail quotidien, et l’élève adapte inconsciemment son comportement pour avancer dans la direction voulue.​​​



Retour à l’aperçu du blog

Subliem communiceren in digitale tijden is een echte aanrader! Op 1/2 dag tijd wordt het duidelijk hoe je met kleine aanpassingen veel tijd kan winnen. Ik heb de tips ineens in praktijk omgezet. De dynamische Gunnar weet alles aan de man te brengen en geeft jou niet het gevoel in een echte training te zitten. Bedankt! 

Karen Bogaert

© Digital Communication Training

Horenberg 81

3090 Overijse

Belgium

 

+32 2 688 28 01

hello@communicationtraining.be

 

BE0633581927

KMO portefeuille